DOSSIERS WITTERT
Liens

Copyright

Université de Liège (Belgique) - Collections artistiques - Florilège

Jean VALDOR l'Aîné (vers 1580 - après 1632)
et Jean VALDOR le Jeune (1616 - 1670)

Les Valdor
Portraits - Saints et saintes - Les Oeuvres de Miséricorde


Jean VALDOR l'Aîné

Jean Valdor, plus connu sous le nom de Jean Valdor l'Aîné, naît aux alentours de 1580 à Liège, se marie avec Catherine Crussant en 1607 et meurt après 1632.
Jean Valdor l'Aîné est père de deux garçons prénommés Jean, baptisés respectivement le 28 avril 1614 et le 3juin 1616, et de trois filles.

Jean Valdor possède une maison dans le quartier de l'Etuve à Liège en 1612.

Valdor l'Aîné fait son apprentissage de graveur chez le maître anversois Jérôme Wierix. Ensuite, Valdor tiendra probablement une officine d'imagerie religieuse et est reconnu par un acte officiel de Ferdinand de Bavière, le prince-évêque de Liège de cette époque, qui lui octroie le privilège de faire "à l'exclusion de tous, toutes sortes d'images pieuses en notre cité et pays de Liège ".

Grâce à cette renommée, Jean Valdor l'Aîné est appelé en 1627-1628 auprès de Charles lV, duc de Lorraine. Là, Valdor vit des revenus réguliers de ce prince, exécutant pour lui et son entourage de nombreux travaux. Mais en L'année 1632, Jean Valdor rencontre de grosses difficultés : la maladie et la mort d'un des siens, un incendie qui ravage sa maison et son mobilier. A cette occasion, le duc lui alloue une somme de 1 000 francs pour se rétablir.

Toujours pendant cette même année, Charles IV se dressant contre Richelieu, Jean Valdor quitte Nancy pour se rendre à Paris ou revenir dans nos régions. Après cela, nous ne savons pas ce qu'il est advenu de lui.

et Jean VALDOR le Jeune

Jean Valdor le Jeune est le fils de Jean Valdor l'Aîné, né en 1616. Nous ne savons pas grand chose de sa première jeunesse si ce n'est que Valdor le Jeune grave des paysages dans le style de Wenceslas Hollar.

Il quitte Liège vers 1634 pour aller en Italie, où il fait un long séjour à la cour papale. Ce voyage nous est confirmé par un écrit de sa main : "Pour cette représentation, j'ai apporté tous les soins et toute la diligence possible, n ayant pas manqué de visiter les galeries curieuses de consulter ceux du mestier et d'emprunter dans mon art le secours des plus considérables artisans de 'Europe, l'espace de six ans entier."

Il ajoutera : "Mon admiration pour Louis XIII rompit tous les liens qui m'attachaient à Rome au service du Pape, ]e vins en France. La mauvaise fortune voulut que croyant venir à son triomphe, je me trouvai à ses funérailles."

Louis XIII meurt 14 mai 1643 : il est donc probable que Jean Valdor le Jeune regagne Paris lors de cette même année. Il se marie avec Catherine Janssens dont il a trois enfants, deux fils et une fille. Louis XIII décédé, Jean Valdor le Jeune trouve un appui auprès de la reine mère Anne d'Autriche pour réaliser un grand projet, Les triomphes de Louis le Juste.

A cette occasion, il est logé dans les galeries du Louvre avec son illustre compatriote Jean Varin. Suite à la parution de l'ouvrage Les triomphes de Louis le Juste en 1649, Louis XIV lui attribue un titre de noblesse. Jean Valdor se nomme lui-même: Sieur de Valdor Il est désormais le chalcographe du Roi.

A côté de cela, le prince-évêque de Liège le déclare intendant des Messageries de Liège au Duché de Bouillon et vice versa et, en août 1662, cette charge est renouvelée par le roi Louis XIV.

Quoique jouissant d'un grand honneur et d'une grande considération de la part de la cour royale française, il quitte Paris après la mort de sa femme. Car, il est inconsolable. Il rentre à Liège pour devenir chanoine à l'église Saint-Denis où il meurt. D'ailleurs, un de ses fils reprend sa fonction de chanoine dans la même église tandis que l'autre embrasse la carrière d'agent du prince évêque de Liège tout comme l'a été feu son père.


La principauté de Liège au XVIIe siècle

Au XVIIe siècle, la principauté de Liège est constamment en quête d'une improbable neutralité. Située au carrefour des grandes puissances européennes, l'Espagne, maîtresse des Pays-Bas catholiques (la future Belgique), la Hollande, la France et les Habsbourg d'Autriche, Liège lutte pour maintenir son indépendance.

De 1580 à 1763, cinq princes de la maison de Bavière occupent, d'oncle à neveu, le siège épiscopal de Liège. Le prince-évêque Ernest de Bavière, poussé par les chanoines liégeois et les jésuites romains, partisans de la contre réforme, mène une vie de grand seigneur.

La contre réforme offre de multiples emplois aux artistes et artisans. Une centaine d'églises sont érigées en moins d'un siècle dans la principauté. Chacune est un chantier ouvert aux sculpteurs, aux stucateurs, aux peintres, aux ébénistes qui sont chargés d'en faire le décor.

Dans ce climat d'émulation artistique, de nombreux artisans descendent en Italie tels que Jean Delcour et Gérard de Lairesse. Paris, à son tour, attire les artistes et plus particulièrement les sculpteurs et graveurs liégeois, tel Jean Varin sculptant le buste du Cardinal de Richelieu.


Les Valdor : bibliographie

J.S. RENIER, Les Valdor, graveurs liégeois, dans Bulletin de l'Institut archéologique liégeois, 1865.
Alfred MICHA, Les Graveurs liégeois, Liège, Bénard, 1908, p. 49-53.
Louis LEBEER, Jean Valdor, dans Biographie nationale, Bruxelles, tome XXVI, 1936-1938, colonnes 64-79.
Waldor, dans Ulrich THIEME et Felix BECKER, Allgemeines Lexikon der bildenden Kùnstler von der Antike bis zur Gegenwart, t. XXXV, Leipzig, 1942, p. 77-78.
Trésors d'art de la Collection Wittert (XVe-XIXe siècle) Université de Liège, catalogue d'exposition, Liège, Musée Saint-Georges, 1983, p. 34.
Laurence JOTTARD, Les graveurs, dans STIENNON Jacques, DUCHESNE Jean-Patrick, RANDAXHE Yves, De Roger de le Pasture à Paul Delvaux. Cinq siècles de peinture en Wallonie, Bruxelles, Lefebvre & Gillet, 1988, p. 125-134.  
Alexia CREUSEN, De l'estampe à la sérigraphie. L'image imprimée en Wallonie des origines à nos jours, Bruxelles, Crédit Communal / La Renaissance du Livre, 2000, p. 207-242.


Notices rédigées sur base de :

Thibault MOERS (1ière licence en histoire de l'art et archéologie, syllabus, cours d'histoire de la gravure, Université de Liège, année académique 1999-2000)

Université de Liège - Service des Collections artistiques - E-mail : wittert@ulg.ac.be

Page créée le 4 octobre 1999 - modifiée le 19 mai 2007