DOSSIERS WITTERT
Liens

Copyright

Université de Liège (Belgique) - Collections artistiques - Florilège

Bernard PICART (Paris, 1673 - Amsterdam, 1733)

Bernard Picart
Cérémonies et coutumes religieuses de tous les peuples du monde


Les Incarnations de Vishnu (première, deuxième, troisième et quatrième incarnations)
Les Incarnations de Vishnu (cinquième, sixième, septième et huitième incarnations)


Les Cérémonies et coutumes religieuses de tous les peuples du monde, représentées par des figures dessinées par B. Picart, avec des explications historiques, etc. (par Bruzen de la Martinière et autres, rédigées par J.-F. Bernard), sont publiés à partir de 1723, chez l'éditeur amstellodamois Jean-Frédéric Bernard. L'ouvrage comprend 8 tomes en 9 volumes. Picart et son atelier réalisent plus de 255 gravures.

En 1723, paraissent les deux volumes consacrés aux Cérémonies juives et chrétiennes, suivis en 1728 de deux volumes consacrés aux Coutumes des peuples idolâtres des Indes occidentales et orientales. Le volume consacré aux Cérémonies des Grecs et des Protestants paraît en 1733, en même temps qu'un volume consacrées aux Superstitions anciennes et modernes et préjugés vulgaires qui ont induit les peuples à des usages contraires à la religion. Bernard Picart meurt en 1733. Le volume consacré aux Anglicans, Quakers, Anabaptistes, etc., paraît en 1736, avec un deuxième volume consacré aux Superstitions anciennes. Le dernier volume, consacré aux Mahométans, est publié en 1737.

L'éditeur Jean-Frédéric Bernard est protestant et profite, au début du XVIIIe siècle, comme tous ses confrères hollandais, des difficultés de l'édition française, entravée par de nombreuses interdictions. J.-F. Bernard rédige avec Bruzen de la Martinière et d'autres, les descriptions des coutumes religieuses de tous les peuples du monde. Le but de l'entreprise est de proposer au lecteur un tableau comparé des religions, afin de démontrer la relativité des croyances et de leurs expressions.

Le livre de Picart a été copié, avec des modifications, à Paris, en 1741 et 1783. Les planches ont été retirées à Paris en 1810 et 1819.

(
Réédition des Cérémonies et coutumes religieuses de tous les peuples du monde)




Vishnu est, avec Brahma et Shiva, l'une des trois grandes divinités de l'hindouisme.

Brahma est l'élément " créateur " initial, dont l'adoration est surtout poétique (il ne possède quasiment pas de sanctuaires propres) ; Shiva est le " destructeur " et Vishnu le " conservateur ".

Défini par quatre attributs fondamentaux : la conque, le disque, la massue et le lotus, Vishnu a un rôle essentiellement bienfaisant, de stabilisateur et de protecteur de l'univers : lorsque l'ordre universel vacille, Vishnu sort de son sommeil mystique, où il médite le monde à venir, et s'incarne pour rétablir l'harmonie. Toute la théorie des Avatara (incarnation, ou plus exactement descente sur la terre du principe divin) s'explique par ce rôle stabilisateur et protecteur de Vishnu : son sommeil et son impassibilité sont rompus lorsque l'ordre universel est en jeu.

Les incarnations de Vishnu sont multiples et varient selon les époques. La version la plus courante fait état de dix incarnations, ou descentes.

Les Incarnations de Vishnu (première, deuxième, troisième et quatrième incarnations)



Burin
35,3 x 23,2 cm
La planche est divisée en 4 vignettes
chaque vignette : 152 x 105 mm.
Signé et daté 1722
Legs Wittert (1903)
Inventaire n° 27551

Les quatre premières incarnations prennent place dans le Premier Age du monde, l'âge de vérité (Satya yuga); Vishnu y prend quatre formes successives : le Poisson, la Tortue, le Sanglier et l'Homme-Lion.

La descente du poisson est la version hindouiste de l'histoire du déluge : Vishnu prend la forme d'un poisson pour sauver Manu, le fondateur de l'humanité présente.

Manu trouva dans l'eau de ses ablutions un petit poisson qui lui demanda sa protection en lui disant : "Je te sauverai d'un déluge qui balayera toutes les créatures de la terre." Le poisson grandit sans cesse, et il fallu le mettre dans des récipients de plus en plus vastes jusqu'à ce que seul l'Océan fut assez grand pour l'accueillir. Manu reconnut alors le poisson pour une incarnation de Vishnu, qui lui annonça le déluge imminent et lui ordonna de s'y préparer. Le dieu fit construire un bateau et ordonna à Manu de s'y embarquer avec les sages, les plantes et les animaux. Manu attacha le bateau au poisson, en utilisant comme corde le serpent Vestige. Lorsque les eaux refluèrent, le serpent mena Manu en lieu sûr.

La descente de la tortue se situe immédiatement après le déluge : "Vishnu apparut à nouveau sous la forme d'une tortue pour récupérer les choses les plus précieuses perdues lors du déluge. Les dieux et les demi-dieux employant le grand serpent Vestige comme une corde, barattèrent l'océan de lait. La montagne-lente (Mandara) leur servit de manche. Ils ne purent arriver à leurs fins que lorsque Vishnu, prenant la forme d'une tortue, descendit au fond de la mer pour servir de support à la montagne. " (Bhâgavata Purâna, 7,8).

Le continent indien repose en permanence sur le dos de cette tortue géante.

La descente du sanglier se situe au début d'un âge du monde où la terre était entièrement recouverte d'eau : le poids des démons faisait s'enfoncer la terre sous les eaux. . Vishnu prit la forme d'un sanglier et plongea au fond de la mer où il tua le démon, Oeil-d'or, responsable de l'immersion de la terre au fond de l'océan. Vishnu, du bout de ses défenses de sanglier, repêcha la terre qu'il renfloua et fit flotter sur l'océan comme un navire, puis il l'aplanit, l'orna de montagnes et la divisa en sept continents.

La descente de l'homme-lion est la quatrième incarnation de Vishnu, qui prit la forme d'un être hybride pour sauver Prahlâda. Cet avatara constitue une transition entre les incarnations animales (poisson, tortue, sanglier) et les grandes incarnations sous apparence humaine (le nain, Râma-à-la hache, Râma, Krishna, Buddha, Kalkin).

Prahlâda était le fils du puissant démon Drapé-d'or; l'enfant était pieux et dévoué à Vishnu. Son père Drapé-d'or était invulnérable : Brahma lui avait accordé le don de ne pouvoir être tué ni de jour, ni de nuit, par quiconque (ni homme, ni dieu, ni bête), nulle part (ni en dehors ni au dedans de son palais.)

Drapé-d'or, sûr de son invulnérabilité, tenait tête aux dieux et il tenta de décourager les penchants religieux de son fils Prahlâda, fidèle à Vishnu, en le torturant, puis il essaya de le tuer, mais l'enfant semblait protégé par une force surnaturelle.

Vishnu pour sauver Prahlâda apparut au crépuscule, comme un homme-lion, et sortant d'une colonne : ce n'était ni le jour, ni la nuit, il n'était ni homme ni bête, et ne venait ni du dedans ni du dehors du palais. La protection accordée par Brahma à Drapé-d'or était donc inefficace. De ses griffes, Vishnu déchira les entrailles de Drapé-d'or.
Les Cérémonies et coutumes religieuses de tous les peuples du monde, gravures de Bernard Picart


Les Incarnations de Vishnu (cinquième, sixième, septième et huitième incarnations)



Burin
35,3 x 23,2 cm
La planche est divisée en 4 vignettes;
chaque vignette : 152 x 105 mm.
Signé et daté 1722
Legs Wittert (1903)
Inventaire n° 27552

La cinquième descente appartient au cycle des descentes du Second Age.

Bali, le petit-fils de Prahlâda, devint, par sa pratique de l'ascèse, le rival des dieux, et obtint la capacité d'exercer sur eux une contrainte. Bali avait obtenu la souveraineté des trois mondes (la terre, le ciel et l'enfer). Les dieux étaient privés de leurs résidences et du fumet des sacrifices : ils vinrent demander l'aide de Vishnu.

Vishnu se manifesta sous la forme d'un nain, et apparut devant le vertueux Bali : il lui demanda, du haut de sa petite taille, le morceau de terre qu'il pourrait couvrir de trois enjambées. Bali le lui accorda, se fiant à sa petite taille : le nain se transforma alors en géant, et couvrit la terre d'une enjambée, le ciel d'une autre, et ne sachant plus où poser le pied, enfonça la tête de Bali dans les enfers. Le vertueux Bali reconnut sa défaite et Vishnu lui accorda le monde souterrain, pour qu'il en fasse son royaume.

La sixième descente est celle de Rama-à-la hache. Vishnu s'incarna alors dans le prince Parasurâma (" Rama-à-la-hache ") afin d'exterminer la caste des princes guerriers (" kshatriyas "), en tuant tous les individus mâles capables de reproduire cette caste. Le but était d'assurer la suprématie des prêtres-lettrés, les brâhmanes.

La caste des guerriers survivrait par les femmes : les épouses et les filles des princes guerriers se seraient unies aux brâhmanes, assurant ainsi la postérité des guerriers.

Dans la septième descente, Vishnu prend la forme du héros Râma, dont le rôle est de mettre fin au règne du démon Râvana sur l'île de Lanka (Ceylan - Sri Lanka). Dans sa lutte contre les démons qui occupent Lanka, Rama est aidé par son épouse Sita, son frère cadet Lakshmana et le roi des singes, Hanumant. Râma est l'aspect solaire de Vishnu, et représente le devoir.

Dans la huitième descente, Vishnu s'incarne dans le héros Krishna. C'est sans doute l'avatara le plus célèbre de Vishnu. Krishna est essentiellement un héros guerrier. Personnage légendaire multiforme, Krishna serait selon l'une des versions les plus courantes le fils de Vasudeva et de Devaki, l'une des cousines du roi Kamsa. Le roi Kamsa avait contrevenu à l'ordre cosmique et moral en éliminant son père du trône : un oracle l'avait averti qu'il serait tué par un fils de se cousine Devaki et de Vaduvesa. Kamsa fit alors tuer les six premiers nés de sa cousine. Le septième, Balarâma, et le huitième, Krishna, furent sauvés et élevés par des bouviers. Devenu un jeune homme, Krishna séduisit les jeunes filles du village des bouviers. La dimension érotique de Krishna est l'un des thèmes les plus fréquents de la poésie et de la miniature indienne à partir du Xe siècle.


Les Cérémonies et coutumes religieuses de tous les peuples du monde, gravures de Bernard Picart

Université de Liège - Service des Collections artistiques - E-mail : wittert@ulg.ac.be

Page créée le 25 octobre 1999 - modifiée le 12 septembre 2006


Chaque mois, un site à découvrir