DOSSIERS WITTERT
Liens

Copyright
statistiques

Université de Liège (Belgique) - Collections artistiques - Florilège

Albrecht DÜRER (Nuremberg, 1471 - 1528)

Albrecht Dürer -
Apocalypse - Sujets mythologique - la Mélancolie - le Rhinocéros


25 mars - 21 mai 2011
Exposition à la Galerie Wittert
Dürer, graveur

Lundi-vendredi, de 10h00 à 12h00 et de 14h00 à 17h00
Samedi de 10h00 à 13h00


1471 : le 21 mai, naissance de Albrecht Dürer à Nuremberg; il est le troisième fils de l'orfèvre Albrecht Dürer l'Ancien et de Barbara, née Holper, fille d'un orfèvre. Le père d'Albrecht Dürer est d'origine hongroise. Les parents de Dürer ont eu 18 enfants.
1475 : le 12 mai, le père de Dürer achète une maison à l'angle de la Oberen Schmiedgasse et de la Burgstrasse à Nuremberg.
1481-1482 : fréquente l'école de latin de Saint-Laurent.
1483-1486 : apprend le métier d'orfèvre dans l'atelier de son père.
1484 : réalise son premier autoportrait (dessin au crayon d'argent).
1486-1489 : prend des leçons de peinture chez Michael Wohlgemut.
1490-1494 : voyage de compagnonnage à Colmar, Bâle et Strasbourg
1494-1495 : voyage en Italie, rencontre Jacopo de Barbari à Venise.
1494 : le 7 juillet, épouse Agnès Frey à Nuremberg.
1495 : il installe un atelier de gravure sur bois dans la maison paternelle de la Burgstrasse.
1504 environ : rencontre Jacopo de Barbari à Wittenberg
1505-1507 : voyage en Italie (Bologne, Florence, Rome), et séjour à Venise.
1509 : le 14 juin, achète une maison près du Tiergärtner Tor: il devient membre du Grand Conseil municipal de Nuremberg.
1512 : achète un jardin devant le Tiergärtner. Il entre au service de l'empereur Maximilien, comme graveur de livres.
1515 : l'Empereur Maximilien Ier octroie à Dürer une rente annuelle de 100 florins pour toute la durée de sa vie. Dürer grave ses premières eaux-fortes.
1518 : à l'été, présent à la Diète d'Augsbourg. Il exécute à Augsbourg le portrait du banquier Jacob Fugger, du peintre Hans Burgkmair, du cardinal Albrecht de Brandebourg et de l'empereur Maximilien Ier.
1519 : au printemps, voyage en Suisse, à Zürich.
1520 : juillet, part en voyage avec sa femme aux Pays-Bas. Ils passent par Francfort et Cologne. En août, Dürer s'installe à Anvers pour une année. En octobre, il séjourne à Aix-la-Chapelle (Aachen) pour le couronnement de l'empereur Charles Quint et en novembre, à Cologne, l'empereur lui confirme sa rente. Dürer séjourne à Bruxelles, Gand, Bruges. Il est atteint de la malaria.
1521 : passe le printemps à Anvers, où, en avril, il rencontre Lucas de Leyde. Le 12 juillet, Dürer rentre à Nuremberg.
1524 : rédige une Chronique familiale et un journal. Lucas Cranach l'Ancien séjourne à Nürnberg ; Dürer dessine son portrait et celui de Frédéric III le sage, prince-électeur de Saxe.
1527 : tombe gravement malade. Il publie un traité sur les fortifications, dédié au roi de Bohème, le frère de Charles Quint.
1528 : Hans Sebald Beham publie sans autorisations l'oeuvre de Dürer sur les proportions du cheval. Accusé de plagiat de l'oeuvre de Dürer, Sebald Beham s'enfuit de Nuremberg.
1528 : le 6 avril, Albrecht Dürer meurt à Nuremberg, à l'âge de 57 ans. Il est enterré au cimetière Saint-Jean de Nuremberg ; sa fortune va à sa femme.


Graveurs ayant travaillé dans l'atelier de Dürer

BEHAM Barthel (1502-1540)
BEHAM Hans Sebald (1500-1550)
PENCZ Georg (1500-1550)

Les oeuvres de Dürer ont été gravées par (liste partielle)


ALDEGREVER Heinrich (1502-a.1561)
BARTSCH Adam von (1757-1821)
BRY Théodore de (c.1527-1598)
ESSEN Johann van
GOOSEN Jan van (act.1667-1668)
HOLLAR Wenzel (1607-1677)
JONGHE Clément de (a.1640-1679)
LADENSPELDER Johannes (1512-p.1561)
Lucas van Leyden (1494-1533)
Maître APM
Maître GVS
Maître HS
Maître IB
Maître L
Maître MC
Maître PM (C.1480)
MATHES Nicolaus C.
MECKENEM Israël van (c.1445-1503)
MOMMARD Johann (a.1590-1627)
MONTAGNA Benedetto (c.1481-1558)
ORLEY Bernaert van (c.1488-1541)
PETRAK Aloïs
RAIMONDI Marcantonio (1480-1534)
ROTA Martino (c.1520-1583)
SOLIS Virgile (1514-1562)
STOCK Andries (c.1580-c.1648)
SUAVIUS, ZUTMAN Lambert dit (c.1510-c.1567)
WENZEL VON OLLMUTZ (act. 1481-1497)
WIERIX Jan (c.1549-p.1615)
WIERIX Jérôme (c.1550-1619)
ZOAN Andrea (act.1475-1505)



La Mélancolie



Burin
24 x 18,8 cm
Monogrammé et daté 1514
Legs Wittert (1903)
Inventaire n° 8329


menu



Les offres d’amour ou L’amour vénal



Burin
15,1 x 12,7 cm
ca 1496
Legs Wittert (1903)
Inventaire n° 8317


menu

Albrecht Dürer exploite un sujet moralisateur, fréquemment représenté en Allemagne et aux Pays-Bas. Ce thème est développé à l’avant-plan de la composition. Dans une atmosphère paisible, à l’abri des regards, un vieillard souhaite obtenir les faveurs d’une jeune fille assise à ses côtés. Le caractère illicite de la rencontre « amoureuse » est souligné par la discrétion de la transaction ; tandis que le vieil homme se prépare à sortir de l’argent de son sac, la jeune fille tend déjà la main pour recevoir son dû.

Au second plan, le graveur nous montre un cheval sellé, attaché à un arbre ainsi qu’une vue de sa ville natale. Celle-ci est représentée au sommet d’une montagne. A droite, dans le lointain, on distingue des collines.

Il s’agit d’une des plus anciennes œuvres gravées au burin de Dürer. Son monogramme inscrit en bas dans la partie médiane permet d’affirmer que l’œuvre est antérieure à 1496 puisqu’elle ne présente pas encore le monogramme définitif du graveur.

Dürer ne maîtrise pas encore la technique de la perspective. En effet, la succession des plans est aléatoire. Cependant, vu la qualité du graphisme, il s’agirait, selon Bartsch, d’une copie en contre-partie d’après un maître plus ancien, peut-être Wohlgemut. De plus, La promenade, gravée vers 1496 par Dürer est réalisée en contre-partie d’après un original de Wohlgemut. Les deux œuvres, au thème moralisateur, développent une composition similaire ce qui renforce l’hypothèse selon laquelle Dürer se serait inspiré de son maître dans Les offres d’amour.

Tout au long de sa vie, Albrecht Dürer a joui d’une grande renommée. Il fut abondamment recopié notamment par les Italiens. Lors de son voyage à Venise, le Bolognais Marcantonio Raimondi voit pour la première fois les œuvres de Dürer. Il les recopiera à de nombreuses reprises, ce qui lui vaudra en 1507 un procès devant le Conseil de Venise. Parmi ces copies, figure Les offres d’amour, œuvre réalisée en contre-partie. Cependant, la version de Raimondi est plus grossière, notamment dans le rendu des détails des visages et du paysage. En effet, l’utilisation chez Dürer de tailles courtes et serrées d’un côté donne l’illusion des ombres qu’on ne trouve pas chez Raimondi. Les nombreuses copies réalisées par Raimondi montrent combien le talent de Dürer fut envié non seulement en Allemagne mais aussi en Italie.

Amélie SAUVAGE, 2ème licence en histoire de l’art et archéologie, syllabus, cours d’histoire de la gravure, Université de Liège, année académique 2005-2006.


Albrecht Dürer : bibliographie

BARTSCH, Adam, Le peintre graveur, t. VII, Vienne, 1808, p.103-104 ; t. XIV, Vienne, 1813, p.7 ; 414.
LE BLANC, Ch., Manuel de l’amateur d’estampes, t. I, Paris, 1854, p.160-169.
THAUSSING, Moriz, Albert Dürer, sa vie et ses œuvres, Paris, 1878.
DE CANDITTO, A.-E. (comte), Jacob de Barbari et Albert Dürer. La vie et l’œuvre du maître au caducée, ses élèves Dürer, Titien, Marc-Antoine, Mabuse, Marguerite d’Autriche. Catalogue et prix de ses gravures quarante-trois gravures, Bruxelles, 1881, p.87-119.
HAMPE Th. , Dürer, dans Ulrich THIEME et Felix BECKER, Allgemeines Lexikon der bildenden Kùnstler von der Antike bis zur Gegenwart, t.X, Leipzig, 1914, p. 61-63.
HOLLSTEIN F.W.H., German Engravings Etchings and Woodcuts ca. 1400-1700, vol. VII, Amsterdam, p. 6-7.
KNAPPE, K.-A., Dürer. Gravures. Oeuvre complet, Paris, Arts et Métiers Graphiques, 1964.
Catalogue d’exposition, Dürer est son temps, Bruxelles, 1964.
ZAMPA Giorgio, OTTINO DELLA CHIESA Angela, L'opera completa di Dürer, Milan, Rizzoli (collection Classici dell'Arte), 1968.
PREAUD, M., A. Dürer, Paris, 1971.
Catalogue d’exposition Albert Dürer, Paris, Bibliothèque nationale, 1971, p.80.
BENEZIT, E., Dictionnaire critique et documentaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, Paris, Librairie Gründ, 1976, tome IV, p. 56-61.
GERSZI, Teresa, La Renaissance allemande, Paris, Editions Princesse (collection Dessins et Aquarelles des Grands Maîtres), 1976.
STRAUSS, Walter L., Albrecht Dürer Woodcuts and Woodblocks, New-York, Abaris Books, 1980
STRIEDER, Peter, Albrecht Dürer, Anvers, 1982, p.81-144.
Trésors d'art de la Collection Wittert (XVe-XIXe siècle) Université de Liège, catalogue d'expostion, Liège, Musée Saint-Georges, 1983, p. 21-25.
BERGER, John, Albrecht Dürer. Aquarelles et dessins, Cologne, Taschen, 1994.
DUCHESNE, Jean-Patrick, Albrecht Dürer, dans Livres d'images - Images du livre. L'illustration du livre de 1501 à 1831 dans les Collections de l'Université de Liège, Bruxelles, Crédit Communal - Groupe Dexia, 1998, p. 21, 24.
HAESENNE-PEREMANS, Nicole, Albrecht DURER, dans Livres d'images - Images du livre. L'illustration du livre de 1501 à 1831 dans les Collections de l'Université de Liège, Bruxelles, Crédit Communal - Groupe Dexia, 1998, p. 83-84.
Catalogue d’exposition, Dürer. Achtzig Meisterblätter,Munich, 2000.
SCHNEIDER, Norbert, L'art du portrait. Les plus grandes oeuvres européennes 1420-1670, Cologne, Taschen, 2000.
GARNIER-PELLE, N., Albert Dürer et la gravure allemande, Paris, 2003.
PON, Lise, Raphaël, Dürer et Marcantonio Raimondi, Université de Yale, 2004.
Reflets d’Italie, catalogue d’exposition, Liège, Collections artistiques de l’Université, 2006, notice 17.

Albrecht Dürer : sur Internet

Albrecht Dürer sur Wikipédia
Albrecht Dürer : biographie, bibliographie, illustrations (Allemagne, Kunst-und-Kultur)
Albrecht Dürer on the Internet (USA, Artcyclopedia)
oeuvres de Dürer :
Agence photographique de la Réunion des Musées Nationaux (France)
La tombe de Dürer à Nürnberg (Pays-Bas, The Androom Archives)



Université de Liège - Service des Collections artistiques - E-mail : wittert@ulg.ac.be
Page créée le 29 septembre 1999 - modifiée le 24 mars 2011


Chaque mois, un site à découvrir