DOSSIERS WITTERT
Liens

Copyright

Université de Liège (Belgique) - Collections artistiques - Florilège

Théodore de BRY (Liège, vers 1527 - Francfort, 1598)
et ses fils
Jean-Théodore de Bry (Strasbourg, 1561 - Bad Schwalbach, 1623)
Jean-Israël de Bry (Strasbourg, 1565 - Francfort, 1609)

Théodore de Bry
Portraits - Les Grands Voyages - Emblemata Saecularia



Autoportrait de Théodore de Bry , 1597 (détail)

Théodore de Bry, un Liégeois émigré à Francfort

La famille de Bry a des racines anciennes en ce qui concerne l'orfèvrerie. Les de Bry s'implantent dans la Principauté de Liége avec Thiry de Bry "le vieux", le grand-père de Théodore.

Théodore de Bry est né à Liège en 1528. Son premier professeur a très probablement été son propre père, l'orfèvre Thiry de Bry "le jeune".

Les raisons qui le poussent à quitter Liège pour Strasbourg sont assez controversées. Les auteurs les plus anciens mettent en avant son appartenance à la religion réformée. Selon eux, il aurait été convaincu d'hérésie, dépouillé de tous ses biens et banni de la ville en 1570. Actuellement, la tendance serait plutôt de considérer qu'il était déjà installé à Strasbourg en 1560, donc bien avant un improbable bannissement. Strasbourg est alors une ville prospère, acquise à la Réforme et qui va obtenir une importante renommée artistique en accueillant de nombreux artistes fuyant les persécutions religieuses. Ces émigrants ont fait de Strasbourg une ville florissante notamment dans les domaines de l1orfèvrerie et de la gravure. C'est dans cette ville que Théodore fonde son foyer. Inscrit sous le nom de Dieterich Brey, il épouse à Strasbourg Catherine Esslinger. Théodore de Bry est le père de trois fils : Jean-Théodore (Strasbourg, 1561), Jean-Israël (Strasbourg, 1565) et Jean-Jacques (1566). En 1570, après le décès de son épouse Catherine Esslinger, Théodore de Bry épouse, le 28 février 1570, à Francfort, Catherine Rötlinger, fille de l'orfèvre Hans Rötlinger.

Théodore séjourne à Londres entre 1587 et 1588,.avant de s'installer définitivement à Francfort. Le 29 octobre 1588, il demande à devenir bourgeois de Francfort : il est admis le 9 février 1591. En avril de la même année, à la suite d'un double héritage (belle-mère et beau-frère), Théodore de Bry achète une maison à Francfort. En 1594, ses deux fils partent travailler a ses cotés dans l'officine de gravure et d'édition d'ouvrages précieux qu'il avait fondé à Francfort.

Théodore de Bry meurt à Francfort, le 27 mars 1598, à l'âge de 70 ans.

Jean-Israël meurt à Francfort en 1609.

En 1609, Jean-Théodore de Bry s'installe à Oppenheim. En 1618, une de ses filles épouse Mathaus Merian le Vieux. Jean-Théodore de Bry meurt en 1623 à Bad Schwalbach.


Graveur, libraire et éditeur

A Liège, parallèlement à l'épanouissement des idées et de l'art de la Renaissance, le XVIe siècle est marqué par l'implantation des idées de la Réforme dans nos régions. La Principauté de Liège ne fait pas exception, même si à l'époque elle affichait plutôt une tolérance toute relative à l'égard de la religion réformée. La confiscation des biens n'a plus lieu depuis 1545 et les exécutions sont réduites, mais malgré tout, l'exil est encore la sanction la plus employée contre les protestants. On assiste donc, à l'époque, à une importante migration continue de la population protestante, de nos régions vers les villes acquises à la Réforme.

La Réforme est très probablement un des facteurs qui a le plus compté dans le développement et l'expansion de l'art de la gravure. Non seulement, la gravure répond à une quête de savoir de la part de l'élite humaniste, mais en plus c'est un outil de propagande et de diffusion de l'information dont l'église réformée s'est abondamment servie. A l'époque, dans la Principauté de Liège, il n'y a pas encore de véritable structure dans le domaine de la la gravure et de l'édition. Néanmoins, l'influence de l'Académie de Lambert Lombard s'est particulièrement fait sentir sur la nouvelle génération de graveurs, ainsi que sur l'épanouissement et l'application des principes artistiques de la Renaissance italienne dans la Principauté de Liège.

D'abord graveur, Théodore de Bry devient, après son installation à Francfort en 1570, libraire et éditeur. Associé à ses fils Jean-Théodore et Jean-Israël, Théodore de Bry publie à Francfort de nombreux ouvrages illustrés : recueils de modèles gravés pour orfèvres, emblèmes, alphabets ornés, description des grands voyages de découvertes en Amérique, des fleurs, des portraits d'hommes illustres.

De cette abondante production, la série des Grands Voyages est sans conteste la plus célèbre.


Les de Bry ont gravé d'après

BEHAM Hans Sebald (1500-1550)
DÜRER Albrecht (1471-1528)
Giulio Romano, PIPPI (c.1492-1546)
KEMPE J.
Tiziano Vecellio, le Titien (c.1488-1576)
WIERIX Jérôme (c.1550-1619)
WINGHE Jodocus van (1544-1603)

Théodore de Bry : bibliographie

Alfred MICHA, Les Graveurs liégeois, Liège, Bénard, 1908, p. 37-47.
THIEME-BECKER, Allgemeines Lexikon der Bildenden Künstler von der Antike bis zur Gegenwart, Lepizig, vol. 5, 1911, p. 162-163.
M. LANOYE, A propos des Album Amicorum des de Bry, dans Bulletin de la Société des bibliophiles liégeois, vol. XVI, 1942, pp. 65-75.
HOLLSTEIN FW.H., Dutch and Flemish Etchings, Engravings and Woodcuts ca. 1450-1700, vol. IV, Amsterdam, 1949, pp. 26-52.
Le siècle de Bruegel. La peinture en Belgique au XVIe siècle, catalogue d'exposition, Bruxelles, Musées Royaux des Beaux-Arts de Belgique, 1963, p. 210.
Suzanne COLLON-GEVAERT, Le graveur liégeois, Théodore de Bry (1528-1598), raconte la conquête du Pérou, in Bulletin de la Société royale Le Vieux-Liège, t. VII, n° 153, 1966, pp. 29-53.
Pierre COLMAN, Rétrospective Théodore, Jean-Théodore et Jean-Israël de Bry, dans Première biennale internationale de gravure de Liège, catalogue d'exposition (15 février - 16 novembre 1969), Liège, 1969, pp. 71-87.
E. BENEZIT, Dictionnaire critique et documentaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, Paris, Librairie Gründ, 1976, tome II, p. 370.
Pierre COLMAN, Un grand graveur-éditeur d'origine liégeoise : Théodore de Bry, dans STIENNON Jacques, LEJEUNE Rita (dir.), La Wallonie. Le Pays et les Hommes. Lettres - arts - culture, 1978, t. II, pp. 188-193.
Trésors d'art de la Collection Wittert (XVe-XIXe siècle) Université de Liège, catalogue d'exposition, Liège, Musée Saint-Georges, 1983, p. 32.
M. DUCHET (dir. scientifique), L'Amérique de Théodore de Bry. Une collection de voyages prorestante du XVIe siècle. Quatre études d'iconographie, Paris, éditions du CNRS, 1987.
V. BÜCKEN, Théodore de Bry et Joos Van Winghe à Francfort. Un exemple de collaboration entre peintre et éditeur à la fin du XVIe siècle, dans
Art&Fact n° 15 - Mélanges Pierre Colman, Liège, 1996, pp. 108-111.
Isabelle MALAISE-ENGAMMARE, Théodore de Bry et Bartholomé de Las Casas. Images de la dissidence religieuse, dans
Art&Fact n° 15 - Mélanges Pierre Colman, Liège, 1996, pp. 112-115.
Jean HOUSEN, Jean-Théodore de Bry, dans Livres d'images - Images du livre. L'illustration du livre de 1501 à 1831 dans les Collections de l'Université de Liège, Bruxelles, Crédit Communal - Groupe Dexia, 1998, p. 12.
Alexia CREUSEN, De l'estampe à la sérigraphie. L'image imprimée en Wallonie des origines à nos jours, dans Un double regard sur 2000 ans d'art wallon, Bruxelles, Crédit Communal / La Renaissance du Livre, 2000, p. 207-242.

Théodore de Bry : sur Internet

Indians of North America - Theodore De Bry Copper Plate Engravings (USA, California, Long Beach, California State University)
Viewers and the Viewed - The de Bry Engravings (USA, University of Pennsylvania, USA)
Theodor de Bry : America (1590-1634) (USA, Virginia, Charlottesville, University of Virginia, The Abraham Cowley Text and Image Archive)


Université de Liège - Service des Collections artistiques - E-mail : wittert@ulg.ac.be

Page créée le 5 novembre 1999 - modifiée le 23 mai 2007


Chaque mois, un site à découvrir