DOSSIERS WITTERT
Liens

Copyright
statistiques

Université de Liège (Belgique) - Collections artistiques - Florilège

Dirck Volckertsz COORNHERT (Amsterdam, 1522 - Gouda, 1590)


1522 : naissance de Dirck Volckertsz Coornhert à Amsterdam
1547 : commence à graver à Haarlem
1556 environ : Philippe Galle est son élève à Haarlem
1560 : ouvre une maison d'édition. Il abandonne la gravure. Philippe Galle, installé à Anvers, lui succède comme principal graveur de Maerten van Heemskerck
1561 : traduit et édite l'Odyssée d'Homère
1566 : participe à la rédaction du manifeste de Guillaume d'Orange, contre l'occupation espagnole des Pays-Bas
1567 : arrêté et emprisonné à La Haye
1568 : s'installe à Cologne
1572 : travaille pour Guillaume le Taciturne, comte d'Orange-Nassau
1575 environ : s'installe à Xanten, où Hendrik Goltzius est son élève. Publie Liedekens, un recueil de chansons.
1576 : rentre aux Pays-Bas
1590 : le 29 octobre, décès de Dirck Volckertsz Coornhert à Gouda


Coornhert a gravé d'après (liste partielle) :

FLORIS Frans (c.1519-1570)
HEEMSKERCK Maerten van (1498-1574)


Les gravures de Dirck Volckertsz Coornhert ont été publiées par

Jérôme Cock, à Anvers

Balaam sur son âne (1554), par Dirck Volckertsz Coornhert, d'après Maerten van Heemskerck



Burin
29,4 x 42 cm
Monogrammé et daté
Edité par Jérôme Cock
Legs Wittert (1903)
Inventaire n° 11412

Cette scène, issue de l’Ancien Testament, illustre un épisode de l’histoire de Balaam. Celui-ci est un devin païen mandé par Balaq, roi de Moab, pour maudire le peuple d’Israël dont il craint la puissance. Si Balaam accepte, le roi de Moab est assuré de sa victoire sur le peuple hébreu. Le moment représenté est celui où Dieu, mécontent du départ de Balaam pour Moab, place l’ange du Seigneur sur son chemin. Balaam ne reconnaît pas le Seigneur, mais l’ânesse, voyant l’ange armé d’une épée, s’écarte à plusieurs reprises du chemin, sauvant ainsi la vie de son maître.

Heemskerck réalisa de très nombreuses séries de modèles pour gravures sur des épisodes de l’Ancien Testament ; néanmoins, cette estampe est une œuvre isolée qui, d’autre part, fut rééditée plus tard par Théodore Galle.

Il nous est permis, à travers cette gravure de la main de Coornhert, de traiter du style propre à Maarten van Heemskerck. L’œuvre présente des caractéristiques importantes de son évolution stylistique :

Tout d’abord, le format ; les premiers modèles que fournit Heemskerck sont généralement délimités par un cadre vertical, dans lequel les figures occupent la plus grande partie de la surface, laissant peu de place pour une scène secondaire à l’arrière-plan. Vers les années 1550 (auxquelles appartient notre œuvre), le format de ses compositions s’étire progressivement : les figures sont plus petites, les scènes d’arrière-plan plus élaborées, le tout permettant une plus grande ouverture sur le monde entourant le sujet central. Scènes principales et secondaires émergent plus harmonieusement, le dessin est plus détaillé. Ce nouveau schéma de composition permet à Heemskerck d’intégrer les dessins de ruines antiques réalisés à Rome, témoins de l’italianisme qui l’imprègne comme beaucoup d’autres artistes. On peut se demander, vu l’importance que prennent les ruines, si le sujet n’est pas un prétexte à leur représentation.

Le soin du détail apporté à l’ensemble (particulièrement l’ornementation et l’architecture) est lui aussi une caractéristique du style du dessin de Heemskerck (rappelons qu’il travaillait souvent à la plume). Ce goût du détail et de l’ornementation, nous pouvons très certainement le rattacher à une tradition propre à l’école flamande, qui veut que « l’art reflète la nature comme en un miroir ».

Enfin, remarquons que les volumes des figures sont parfaitement équilibrés, les mouvements plutôt réalistes, non figés et que la masse musculaire n’est, dans cet exemple, pas trop exubérante.

Ouverture sur l’horizon, ruines d’architecture antique, proportions harmonieuses, voilà un bref aperçu des reflets d’Italie dans l’œuvre de Maarten van Heemskerck.

Jérémie Demasy, 1ère licence en histoire de l’art et archéologie, syllabus, cours d’histoire de la gravure, Université de Liège, année académique 2005-2006.


Dirck Volckertsz. Coornhert : bibliographie

THIEME-BECKER, Allgemeines Lexikon der Bildenden Künstler von der Antike bis zur Gegenwart, Leipzig, vol. 7, 1912, p. 367.
Lydia DE PAUW-DE VEEN, Jérôme Cock. Editeur d'estampes et graveur. 1507-1570, Bruxelles, Bibliothèque Royale Albert Ier, 1970.
Fiorella STRICCHIA SANTORO, Dirck Coornhert, dans Fiamminghi a Roma. 1508-1608. Artistes des Pays-Bas et de la Principauté de Liège à Rome à la Renaissance, catalogue d'exposition, Bruxelles, Palais des Beaux-Arts, 1995, p. 162-163.
Carolus. Charles Quint 1500-1558, catalogue d'exposition, Gand, 1999, cat. 227.

Dirck Volckertsz. Coornhert : sur Internet

Coornhert (Curenhert), Dirck Volkertsz (artnet.com, The Grove Dictionary of Art)
Coornhert, Dirck Volckertszoon (Britannica.com)
Dirck Volkertszoon Coornhert on the Internet (USA, Artcyclopedia)
Préface de D.V. Coornhert à une édition de Cicéron (1561), Officia Ciceronis, leerende wat yeghelijck in allen staten behoort te doen (Psymon)


Université de Liège - Service des Collections artistiques - E-mail : wittert@ulg.ac.be

Page créée le 24 janvier 2001 - modifiée le 18 octobre 2007


Chaque mois, un site à découvrir