Vers la modernité. Le XIXe siècle au Pays de Liège - Thématique - Album d'illustrations

Histoire - Vie quotidienne - Sciences et techniques
Architecture et urbanisme - Affiches - Peinture, gravure et dessin - Sculpture - Photographie - Musique
Mobilier - Verrerie - Orfèvrerie


Paul COMBLEN
La maison Comblen (1901-1914)



Photo : Guy Focant © Ministère de la Région wallonne - Division du Patrimoine


Jouissant de la propriété, sise rue des Augustins à Liège, du médecin Jules Blanpain - son beau-père - Comblen décide de réaliser un logis conforme à ses conceptions architecturales : depuis son passage à l'atelier de Paul Hankar, il est acquis à la cause de l'Art nouveau. En 1901, peu de temps après le décès de son maître à penser, Comblen se rend à l'exposition inaugurale de la colonie d'artistes de Darmstadt, à la recherche de modèle d'habitat nouveau. Particulièrement intéressé par les constructions d'Olbrich, il va, de retour à Liège, appliquer sa technique de recouvrement de façade. Il s'agit d'un enduit de couleur blanche, une technique décorative déjà employée par l'architecte viennois pour le pavillon de la Sécession Viennoise en 1898-1899. L'aménagement intérieur fait référence au langage stylistique de Hankar. Le travail du bois, en particulier dans la salle à manger rappelle, celui de l'Hôtel Veuve Ciamberlani, exécuté par Hankar en 1897. Comblen dessine dans les moindres détails l'arrangement de son habitation : il veut aboutir à une œuvre d'art totale. Les agrafes de tenture du rez-de-chaussée en sont l'exemple le plus abouti. Le poêle à gaz du fumoir témoigne de la maîtrise de la ligne et de l'expressivité de l'architecte. Comblen conçoit son habitation en collaboration avec le sculpteur Oscar Berchmans et le peintre Jacques Jacobi. En 1902, Berchmans réalise plusieurs bas reliefs, un lave-mains en étain et le sgraffite de la façade. Dans le fumoir, il exécute les encadrements de fenêtre en pierre, aux branches végétales stylisées. L'artiste suisse Jacobi, ancien collaborateur de la maison Serrurier-Bovy, peint pour son ami une interprétation de la mythologie grecque, destinée à orner la cage d'escalier. La thématique du dieu Pan, de la Nymphe et des sirènes, à l'esthétique symboliste, est présente dans les décorations du peintre et du sculpteur. Enfin, on ne peut manquer de souligner les remarquables vitraux qui décorent toute l'habitation, en particulier celui de la cage d'escalier. Œuvre pionnière à Liège dans le traitement de la façade, par l'utilisation de puits de lumière, la Maison Comblen apparaît aujourd'hui comme une fusion de l'Art nouveau allemand, le Jugendstil, et de l'architecture d'Hankar.

Thomas Moor

Université de Liège - Culture - exposition Vers la modernité - Liège (5 octobre 2001 - 20 janvier 2002)
2003 - mise à jour : 24 février 2007 - Collections artistiques - e-mail : wittert@ulg.ac.be