Vers la modernité. Le XIXe siècle au Pays de Liège - Thématique - Album d'illustrations

Histoire - Vie quotidienne - Sciences et techniques
Architecture et urbanisme - Affiches - Peinture, gravure et dessin - Sculpture - Photographie - Musique
Mobilier - Verrerie - Orfèvrerie


Gustave SERRURIER-BOVY
Piano demi-queue Pleyel (1901)


Padouk et bronze, 106,5 x 208 x 160 cm
Liège, Musée d'Archéologie et d'Arts décoratifs



Liège, © Musée d'Archéologie et d'Arts décoratifs


Destiné au château de la Chapelle en Serval, près de Compiègne, ce piano rompt avec la forme classique du piano à queue. Les pieds sont remplacés par trois pans, dont les deux pans latéraux sont composés d'un montant et d'une traverse, lesquels forment deux panneaux.

Les motifs sculptés en bronze du panneau inférieur, réalisés par Oscar Berchmans (1869-1950), évoquent la fleur du magnolia.

Le panneau supérieur, incurvé en son sommet, a été peint par Émile Berchmans (1867-1947). Les peintures représentent des thèmes mythologiques liés à la musique : faune jouant de la flûte dans un décor de forêt, sirènes (ou néréides) avec les cheveux au vent, Orphée (ou Apollon) jouant de la lyre. En ce qui concerne la structure même du piano, on constate que le meuble est construit comme une pièce d'architecture. Cette caractéristique propre à Serrurier a l'avantage de permettre une parfaite lisibilité de structure. Même pour les pièces les plus luxueuses de sa production, Serrurier recherche une construction basée sur des principes simples. D'un point de vue stylistique, ce piano est marqué par un lyrisme qui est bien dans le ton de l'Art nouveau.

Anne Gérard

Université de Liège - Culture - exposition Vers la modernité - Liège (5 octobre 2001 - 20 janvier 2002)
2003 - mise à jour : 24 février 2007 - Collections artistiques - e-mail : wittert@ulg.ac.be