Vers la modernité. Le XIXe siècle au Pays de Liège - Thématique - Album d'illustrations

Histoire - Vie quotidienne - Sciences et techniques
Architecture et urbanisme - Affiches - Peinture, gravure et dessin - Sculpture - Photographie - Musique
Mobilier - Verrerie - Orfèvrerie


Guillaume GEEFS
Le Génie du Mal (1848) à la cathédrale Saint-Paul de Liège


Statue en marbre banc, 165 x 77 x 65 cm
Signé et daté
Liège, cathédrale Saint-Paul



photo Philippe Herbet © Cathédrale de Liège


Censée symboliser "le Triomphe de la Religion sur le Génie du Mal", la chaire de vérité réalisée par Guillaume Geefs pour la cathédrale Saint-Paul inclut à l'origine une représentation du Génie du mal due au ciseau de Joseph Geefs (œuvre aujourd'hui conservée aux Musées Royaux des Beaux-Arts de Belgique). Mise en place en 1843, cette statue ne satisfait guère le Conseil de fabrique de la cathédrale. Les journaux de l'époque rapportent que "Ce diable-là est trop sublime" (cité par VAN LENNEP, d'après L'Émancipation, 4 août 1844) et qu'il risque de distraire les jeunes paroissiennes. Afin de remplacer l'œuvre, le Conseil de fabrique passe commande à Guillaume Geefs d'une nouvelle version du Génie du mal, installée à l'arrière de la chaire dès 1848.

Tout comme son frère, Guillaume Geefs représente le démon sous les traits d'un jeune homme assis sur un rocher, vêtu d'une simple draperie et pourvu d'une ample paire d'ailes de chauve-souris. Son ange déchu est plus conforme à l'imagerie satanique. Enchaîné au rocher, il se tient la tête afin de se protéger du châtiment divin. De sa main gauche, il étreint une couronne et un sceptre brisés. Deux petites cornes émergent des cheveux ébouriffés. Son visage crispé exprime le remords et le désespoir. À ses pieds, aux ongles crochus, se trouvent le fruit défendu et une partie du sceptre.

L'œuvre de Guillaume Geefs relève du néoclassicisme par son esthétique. Elle se rattache aussi au courant romantique : en représentant l'ange déchu sous les traits d'un homme séduisant, l'artiste évoque le thème de la beauté du diable. D'après Jacques Van Lennep, l'œuvre serait inspirée du poème Eloa ou la Sœur des anges d'Alfred de Vigny.

Soo Yang Geuzaine et Alexia Creusen

Université de Liège - Culture - exposition Vers la modernité - Liège (5 octobre 2001 - 20 janvier 2002)
2003 - mise à jour : 24 février 2007 - Collections artistiques - e-mail : wittert@ulg.ac.be