Vers la modernité. Le XIXe siècle au Pays de Liège - Thématique - Album d'illustrations

Histoire - Vie quotidienne - Sciences et techniques
Architecture et urbanisme - Affiches - Peinture, gravure et dessin - Sculpture - Photographie - Musique
Mobilier - Verrerie - Orfèvrerie


Barthélemy VIEILLEVOYE
Un épisode du sac de Liège par Charles le Téméraire en 1468 (1842)


Huile sur toile, 160 x 140 cm
Signé et daté en bas à gauche : B. Vieillevoye, Liège, 1842
Liège, Musée de l'Art wallon



Liège © Musée de l'Art wallon


Apprenant juste après l'entrevue de Péronne que les Liégeois, encouragés par Louis XI, se révoltent à nouveau, Charles le Téméraire décide de ravager entièrement la Cité de Liège. Il entre dans la ville le 30 octobre 1468, accompagné de ses troupes qui se livrent au pillage et au massacre. Le 3 novembre, il ordonne d'incendier la ville. C'est cet épisode qui est représenté ici par Vieillevoye, thème romantique à souhait.

Au premier plan, une mère expire alors qu'une femme se porte au secours de l'orphelin. À l'arrière-plan, le pillage bat son plein. Signalons que Vieillevoye a commis un anachronisme en représentant cet épisode historique du XVe siècle dans un édifice du XVIe siècle, le Palais d'Érard de la Marck.

Pour réaliser cette scène à l'accent dramatique, Vieillevoye déploie les ressources de l'art néoclassique : une facture lisse, soumise au dessin, en un souci de lisibilité immédiate. Il n'ose libérer sa facture et cette œuvre historiciste reste en lisière, dans ces années 1840 de l'effervescence romantique d'un Delacroix.

Bruno Quantin et Séverine Livin

Université de Liège - Culture - exposition Vers la modernité - Liège (5 octobre 2001 - 20 janvier 2002)
2003 - mise à jour : 24 février 2007 - Collections artistiques - e-mail : wittert@ulg.ac.be