Vers la modernité. Le XIXe siècle au Pays de Liège - Thématique - Album d'illustrations

Histoire - Vie quotidienne - Sciences et techniques
Architecture et urbanisme - Affiches - Peinture, gravure et dessin - Sculpture - Photographie - Musique
Mobilier - Verrerie - Orfèvrerie


Léon PHILIPPET
Michelina Gismondi (1876)


Huile sur toile, 81 x 61 cm
Signé et daté en bas à droite : L Philippet / 1876
Liège, Musée de l'Art wallon



Liège © Musée de l'Art wallon


Philippet nous livre ici un portrait de sa compagne qui témoigne de grands dons de coloriste. Il réduit son tableau à trois grandes masses colorées nettement contrastées : une blanche (le vêtement), une noire (la chevelure et le dossier de la chaise), et une rouge cuivré (l'arrière-plan). Comme dans la plupart de ses portraits, l'artiste détaille plus que le reste la figure du modèle dont il émane une grande impression de vie. Hendrick, qui admirait ce tableau sans réservé, a écrit qu'il "a été enlevé avec une spontanéité d'exécution, une fougue de métier, une saveur de la pâte qui le situent au niveau du chef-d'œuvre et appellent les plus hautes comparaisons : on évoque Manet, surtout, dans ses meilleures pages" (HENDRICK Jacques, Peintres liégeois. Quelques aspects du Musée de l'Art wallon, in La Vie liégeoise, octobre 1970, p. 3-15, p. 9). Il est vrai que ce portrait présente des caractéristiques qui se retrouvent chez le maître français, comme par exemple une tendante à peindre par aplats et l'utilisation d'une palette sobre restreinte à quelques tonalités. Comme Manet, Philippet dispose son sujet sur un arrière-plan, privé de son rôle décoratif et l'éclaire de face afin de supprimer l'ombre portée.

David Bronze

Université de Liège - Culture - exposition Vers la modernité - Liège (5 octobre 2001 - 20 janvier 2002)
2003 - mise à jour : 23 février 2007 - Collections artistiques - e-mail : wittert@ulg.ac.be