Vers la modernité. Le XIXe siècle au Pays de Liège - Thématique - Album d'illustrations

Histoire - Vie quotidienne - Sciences et techniques
Architecture et urbanisme - Affiches - Peinture, gravure et dessin - Sculpture - Photographie - Musique
Mobilier - Verrerie - Orfèvrerie


Gilles-François-Joseph CLOSSON
Colisée II (entre 1825 et 1829)


Huile sur papier, 28 x 22,3 cm
Liège, Cabinet des Estampes et des Dessins



© Cabinet des Estampes et des Dessins de la Ville de Liège


Comme la plupart des artistes étrangers séjournant à cette époque à Rome, Gilles-François-Joseph Closson est fasciné par le Colisée et ses ruines. Célèbre promenade archéologique du temps, l'amphithéâtre demeure un thème de prédilection pour les peintres de paysage car ils voient dans ce lieu l'une des harmonies entre l'Histoire, l'Antique et la nature.

Dans cette huile, tout comme dans les autres œuvres du Liégeois représentant des vues du monument antique, le Colisée devient un prétexte pour figurer des oppositions. Le peintre joue en effet de contrastes entre les ombres et la lumière, entre la nature et les ruines, entre les tonalités claires et les couleurs foncées. La composition est principalement construite au moyen d'axes verticaux. Son élancement est renforcé par ces effets de contre-jour et ces distinctions entre l'architecture et la végétation. La luminosité du ciel auquel une large place est accordée s'oppose enfin à l'avant-plan sombre.

La technique rapide et fluide, utilisée dans toutes les huiles de la série, s'inspire de celle employée par le Malinois François Vervloet (1795-1872). Ici, la touche, régulière et précise dans le ciel, devient plus épaisse dans les zones inférieures de l'œuvre.

Laure Fagnart et Nansi Kupani

Université de Liège - Culture - exposition Vers la modernité - Liège (5 octobre 2001 - 20 janvier 2002)
2003 - mise à jour : 23 février 2007 - Collections artistiques - e-mail : wittert@ulg.ac.be